0

Bienvenue à Burnside | Batgirl #1

batgirl urban comics 01

Lecture V.F.  
DC Renaissance
15€
160 pages
Scénario : Cameron Stewart, Brenden Fletcher
Dessin : Babs Tarr, Irene Koh
Couleur : Maris Wicks, Hi-Fi

Lorsque les ennuis pointent le bout de leur nez, Barbara Gordon n’est pas du genre à abandonner ses vieilles habitudes. Alors, quand un terrible incendie la prive de tout ce qu’elle possédait, la jeune femme saisie l’opportunité de repartir à zéro. Tout comme le reste de la jeunesse branchée de Gotham, elle s’installe dans le quartier chic de Burnside et profite de ce renouveau pour redéfinir le style et les méthodes utilisées par son alter ego Batgirl. Mais changer d’environnement ne réduit pas pour autant les menaces et dangers quotidiens de l’héroïne.

Mon avis:

Barbara Gordon est prête à repartir à zéro, elle s’installe dans le quartier chic de Burside. Cependant, notre Batgirl a du mal à abandonner ses bonnes vieilles habitudes. La voilà repartie pour de nouvelles aventures.

On retrouve Barbara après l’incident qui s’est passée dans Killing Joke. Mais ne vous inquiétez pas, je ne vous spolierais pas, pour vous dire, je ne l’ai moi-même pas lu, j’ai été spoiler à mon grand désespoir. Mais après avoir lu celui-ci, je suis très curieuse et je vais quand même lire Killing Joke. Donc surveiller le blog une chronique arrivera bientôt.

Ce qui ressort le plus dans ma lecture est que l’on sent que la maison d’édition a voulu toucher un public plus large. Il y a une ambiance très jeun’s tout le long du livre, avec beaucoup de clichés, mais qui ne m’ont aucunement dérangée. Au contraire, le fait que les scénaristes ont su exploiter les nouvelles technologies en introduisant plus d’une fois les réseaux sociaux pour mettre en place l’intrigue a fait de cette héroïne une Batgirl des temps modernes.

Ce comics est rafraîchissant. On voit défiler les conquêtes de Barbara, on la voit sous les problèmes du quotidien : les fêtes, les concerts, le travail, l’université. Ne vous inquiétez pas cela ne ralentit pas le récit. À vrai dire, le rythme de l’histoire n’est pas très soutenu. Pour ce qui en est des péripéties, je n’ai pas été convaincue. Certaines sont bonnes et d’autres beaucoup moins. J’ai détesté l’épisode 37, par-dessus tout la fin que je trouvais horrible et inintéressant, c’est dommage puisque le début était prometteur et m’avait énormément plu. À part cet épisode, j’ai globalement passé une bonne lecture.

Les planches sont sympathiques, les dessins sont modernes, agréables à regarder et à l’image du livre. L’atmosphère présente dans l’histoire se reflète dans les dessins et la colorisation qui est d’ailleurs très vive.

En conclusion, cette série cible sans aucun doute un public plus jeune et ce n’est pas pour me déplaire. J’adore lire de la jeunesse, du young adult donc il est évident que ce livre m’a plu. Cependant, ce n’est pas un coup de cœur, il manque certaines choses, notamment dans les péripéties qui auraient pu être plus poussées et donc rendre le récit plus rythmé. La présence de Dinah ne pourra que vous plaire.

batgirl

Ma note: 4/5

Je remercie chaleureusement Urban Comics pour cet envoi.

AVT_Urban-Comics_7237

0

Le Secret des Cobblepot | Gotham Academy #1

gotham-academy-tome-1---le-secret-des-cobblepot-673273

Lecture V.F.  
DC Renaissance
15€
144 pages
Scénario : Becky Cloonan, Brenden Fletcher
Dessin : Karl Kerschl, Mingjue Helen Chen
Couleur : Geyser, Dave McCaig, John Rauch, Michelle Sassyk, Serge Lapointe, Mingjue Helen Chen

Bienvenue à la Gotham Academy ! La plus prestigieuse école de Gotham City vous ouvre ses portes ! Mais derrière ses apparences d’institution idéale se cachent bien des mystères. Son campus et ses professeurs excentriques auront de quoi vous donner la chair de poule, mais rien ne vous paraîtra aussi étrange que ses étudiants… Olive Silverlock est l’une d’entre elles. Son passé nébuleux intrigue ses camarades. Arrivera-t-elle à s’intégrer à cet internat, financé en grande partie par un certain Bruce Wayne ?

Mon avis:

Tout va mal pour Olive, quelque chose s’est produit cet été dont on ne sait rien qui est en relation avec son passé. Ce qui ne va pas aider puisqu’elle se sent encore plus différente et plus à l’écart des autres.

Je me suis lancée dans ce comics sans avoir lu le résumer. Le livre m’avait juste intrigué par son titre est sa couverture. Finalement, je me suis laissé tenter. Il est vrai qu’au début, je ne comprenais pas très bien se qu’il ce passer, c’est-à-dire que ce tome partait dans tous les sens. On cherche plus à tâtons, en essayer de fouiller par-ci par-là, jusqu’à que l’on trouve un indice.

On accompagne Olive notre protagoniste dans cette aventure. Elle sait certaines choses, mais jamais elle ne nous les révèle et c’est très frustrant, mais en même temps intriguant. C’est seulement dans les dernières pages que l’on a un petit aperçu de qui est réellement Olive, ce qui est la quête principale pour le moment.

Mais il y a bien entendu une quête secondaire qui prend majoritairement la place dans ce tome. La Gotham Academy qu’est-ce que c’est ? C’est la plus grande école de la ville, devinez qui la finance et vient lui rendre visite très souvent, Bruce Wayne. J’ai beaucoup ris à son apparition et par-dessus tout lorsqu’il fait son discours, une scène amusante que je vous laisse découvrir.

On a une image très adolescente du livre du fait est que nos protagonistes se situent dans cette tranche d’âge. Et je m’adresse à vous les plus âgés, ne vous laissez pas berner. ce livre vous conviendra tout aussi. L’image de la ville de Gotham n’est pas adoucie. On a toujours, ces fous furieux qui courent en liberté et heureusement, je dirais, sinon cela aurait été très ennuyeux. Par contre, je ne vais pas vous mentir certains trouveront l’histoire trop « cucul la praline « , il y a une histoire d’amour qui s’installe, mais elle ne domine pas le récit.

Les dessins et la colorisation sont une merveille pour les yeux. Tout est très détaillé, mais ce que j’ai le plus aimé est la colorisation. Ahhhhhhque c’est beau.

À la fin, on sent que l’histoire nous promet de grandes aventures. À la suite de leurs péripéties, leur petit groupe à formé un club d’investigation. En conclusion, ce tome n’était qu’introducteur et j’attends les prochains avec grande impatience.

gotham-academy-2-4

Ma note: 4/5

Je remercie chaleureusement Urban Comics pour cet envoi. 

AVT_Urban-Comics_7237

0

English is not easy | Luci Gutiérrez

41b58Rm80WL

Lecture V.O.  
Éditions Denoël
19.90€
333 pages
Il existe deux types de personnes : ceux qui apprennent une langue facilement, et ceux pour qui c’est un combat de chaque instant. J’appartiens (et vous aussi, probablement) au second groupe. Je ne veux même pas penser aux heures passées (et aux euros dépensés !) à m’efforcer d’apprendre l’anglais alors que j’en ai détesté absolument chaque minute. Pourtant, les gens ont l’air si intelligents quand ils réussissent à parler anglais que j’ai persévéré.
Cela implique de suivre des cours en ligne, des formations d’été intensives, et même d’aller à New York et rester éveillée pendant les cours d’anglais ânonnés par des professeurs à l’accent douteux. Chacune de ces expériences nécessite évidemment le manuel adéquat, qui traite de sujets passionnants tels que les sports extrêmes ou les conditions atmosphériques. Vous savez… le vocabulaire du quotidien, utile pour les jours où vous voyez un parapente se faire emporter par un ouragan.
Après avoir fait tout cela, et une fois de l’autre côté de l’Atlantique, j’ai dû trouver un moyen – malgré ma mémoire épouvantable – de retenir ce que j’avais appris. C’est ainsi que j’ai décidé de me servir de mes talents de dessinatrice afin de m’aider à mémoriser les mots et les concepts grammaticaux. Ces dessins sont devenus un livre, et apprendre l’anglais est devenu quelque chose d’amusant. Je suis sûre que cela marchera pour vous, en tout cas, moi, cela m’a permis d’enchaîner quelques mots d’anglais et d’avoir l’air plus futée.
 
Mon avis:

Si vous êtes un habitué du blog, vous devez surement vous demander ce que je fais avec ce livre. Je lis déjà en V.O anglais, mais cela ne veut en aucun cas dire que j’ai un excellent nivaux. Donc j’ai pensé que ce livre serait la bonne initiative pour me mettre apprendre des expressions idiomatiques qui m’échappent lors de certaines lectures tout en m’amusant.

Ce livre est composé de dessin réalisé par l’auteur et accompagné d’une leçon même si la structure de celle-ci n’apparaît pas vraiment comme telle. Personnellement, j’apprécie beaucoup le concept ce livre humoristique truffé de petite blague et de situation ridicule. Cependant, je n’ai pas fait hurler de rire, c’était amusant mais sans plus, bien sûr nous n’avons pas tout le même humour donc votre réaction en le lisant ne serais probablement pas semblable à la mienne.

La mise en scène des personnages ainsi que le style de dessins de l’auteur m’a enchantée, car c’est tout à fait le genre de chose qui me plaît. Les explications de l’auteur sont bien structurer et espacer pour tout bien comprendre. Même si on a un niveau d’anglais minable la compréhension est accessible grâce au dessin qui illustre les leçons de l’auteur.

En conclusion, j’ai apprécié l’idée de la mise en forme du livre ainsi que de son contenu, mais cela n’était pas transcendant. Par contre, j’adhère totalement au mode d’apprentissage si seulement nos manuels d’Anglais ressemblaient un peu plus a ça. (je sais la longueur de ma chronique est vraiment minable donc je tiens à m’excuser, je n’ai pas l’habitude de chroniquer des BD bien que j’en lisent souvent)

ml_englishisnoteasy_03_800

Ma note: 3.75/5

Je remercie chaleureusement les éditions Denoël pour cet envoi.

Logo_denoel